«  La photographie, en tant que production d’images conventionnellement belles, ne m’intéresse pas, et pas non plus en tant qu’expression d’une idée préconçue par le photographe – c’est-à-dire, une photographie instrumentale, absolument sûre d’elle-même. Ce qui m’intéresse dans la photographie c’est ce qu’elle a d’essai, de pratique à travers laquelle une personne apprend quelque chose de nouveau sur le monde ou sur elle-même. La photographie de Fernanda Sánchez-Paredes appartient à ce genre de l’essai. Son regard ne se complaît pas dans des lieux communs, ni n’impose une conviction cherchant à nous persuader. Chaque image nous est offerte comme le registre d’une trouvaille personnelle, comme le document d’une intuition localisée.  »

Daniel Saldaña Paris, écrivain.

 

De nuages et de pierres

De nuages et de pierres

Le Musée Imaginaire

Le musée imaginaire

Dédalo

Dédalo

Obras abiertas

Obras abiertas